Service d’Adaptation Progressive en Milieu Naturel



Le SAPMN rentre dans le cadre légal et administratif d’une M.E.C.S.

Le SAPMN ne peut être et ne prend son sens qu’à partir d’une maison d’enfants sous des modalités différentes, mais qui ont toutes un objectif commun :

    Apporter une alternative à la séparation en prenant appui sur le repérage des compétences parentales.

 

Le SAPMN accueille 34 enfants de 3 à 18 ans encadrés par deux équipes, chacune intervenant auprès d’une quinzaine d’enfants.

Les deux équipes éducatives sont  constituées de 8 éducateurs (4 hommes et 4 femmes) dont chacun a en référence un nombre variable de situations. Pour chaque famille, deux référents interviennent régulièrement dans un accompagnement de la problématique familiale.

SAPMN

 

 

Les locaux sont répartis en 2 espaces :

Un espace de travail avec :
– 1 bureau par équipe,
– 1 salle de réunion commune.

Un espace d’accueil composé de :
– 1 salle de jeux,
– 1 salon,
– 1 cuisine,
– 2 salles de bains, dont une accessible aux personnes en situation de handicap,
– 4 chambres dont 2 individuelles.

 

 

 

Il permet l’hébergement dans le cadre d’un accueil séquentiel, ainsi qu’une prise en charge en journée sur des temps définis en lien avec le projet personnalisé de chaque enfant.

L’originalité du service SAPMN est de s’appuyer sur une compétence parentale existante plutôt que de faire valoir sa défaillance.

Au SAPMN nous prenons en compte l’enfant dans ses attentes sans séparation du milieu familial : dissociation entre la notion de « placement » et la notion d’ « hébergement ».

Les juges de Nîmes ont donc fait une lecture symbolique du placement en choisissant la modalité SAPMN dans certaines mesures de jugement d’assistance éducative.

« La loi ne dit pas que placer un enfant, c’est le déplacer physiquement. Elle dit seulement que l’on confie à un tiers la responsabilité éducative quotidienne ».

L’objectif du service est de soutenir la fonction parentale afin qu’elle devienne efficiente dans le quotidien de l’enfant.

A défaut d’une compétence parentale suffisante, ponctuelle ou plus confirmée, l’action éducative pourra s’exercer par une suppléance répondant aux besoins et conforme aux droits fondamentaux de l’enfant.
Une évaluation hebdomadaire de l’évolution de chaque situation en équipe pluridisciplinaire, ainsi que des bilans avec les parents et l’enfant nous amènent à réajuster les moyens mis en œuvre pour répondre aux axes de travail initiaux (ordonnance de placement, contrat d’accueil) en lien avec la réalité des besoins. L’intervention éducative qui s’exerce prioritairement au domicile est fondée sur l’écoute et le respect des personnes.

 

La spécificité du travail au SAPMN de La Providence se définit par trois axes principaux :

1/ Au domicile familial

Il s’agit de créer la dynamique nécessaire à la restauration des compétences parentales que beaucoup de parents ont du mal à faire valoir. Cela n’exclut pas des prises en charge hors du milieu familial.

L’action globale s’exerce par des rencontres régulières qui permettent de mettre en place un climat propice au dialogue.

Le travail consiste à organiser la prise en charge quotidienne des enfants par leurs parents à partir d’un cadre éducatif élaboré conjointement par la famille et l’équipe éducative du service et ce, en lien avec les partenaires sociaux.

Action auprès des parents

Elle a pour objet d’aborder les questions et les difficultés qui entravent la bonne évolution de l’enfant dans sa famille.

Ces rencontres s’organisent à partir de rendez-vous pris avec la famille.

Action auprès de l’enfant

Au domicile, elle ne peut se concevoir qu’en présence des parents.

L’accompagnement éducatif fait exister l’enfant en tant que sujet au sein de sa famille et de son environnement social.

La place de chacun sera précisée ; une aide individualisée sera apportée dans les différents domaines de la vie de l’enfant.

Action auprès des parents et des enfants

C’est au sein de la famille que l’intervention éducative va introduire des modèles référentiels à la fonction parentale et repréciser les droits et les devoirs de chacun.

 

2/ A l’extérieur de la famille

L’accompagnement éducatif à l’interface des problématiques personnelles et sociales, tente de répondre à des besoins très diversifiés :
– Conseils et orientation vers les services sociaux de droit commun,
– Accompagnement auprès des différents organismes qui interviennent auprès de l’enfant.
– Accompagnement de l’enfant dans les prises en charge individuelles psycho-médico sociales, scolaires et de loisirs.

 

3/ Sous cinq différentes formes d’accueil 

Que nous avons construits dans un souci d’élaboration de projets individualisés :

a) L’accueil en journée assuré par les éducateurs du SAPMN :

Sans hébergement : en journée dans le cadre d’activités notamment mises en place par l’acticulture ou pour un rendez-vous avec l’un des référents.

En effet, le SAPMN n’est pas un service isolé, il a sa place dans une organisation institutionnelle et à ce titre bénéficie de l’ensemble des outils existants. Cet accueil se fait dans le cadre du projet personnalisé de l’enfant à l’initiative de l’éducateur avec l’accord de la famille dans les locaux d’accueil du service. Il s’agit alors d’une prise en charge avec support d’activités précis tel que le soutien scolaire.

b) L’accueil séquentiel du mardi 17 h au jeudi 8 h assuré par les éducateurs des deux services AEMF :

Hébergement Avec hébergement : Il se met en place après étude et décision prise par       l’ équipe pluridisciplinaire. L’accord des familles est recherché et souhaité mais il peut être mis en place par une décision unilatérale du directeur dans le cadre d’un placement judiciaire. Un écrit est envoyé à la famille et à l’ASE et l’évaluation de la durée de cet accueil est précisée. Il peut se faire entre le mardi soir et le jeudi matin.

Les objectifs sont multiples :

– Observer l’enfant dans un lieu autre que la famille,
– Donner la possibilité à un parent de souffler pendant un temps donné de la semaine,
– Donner la possibilité à un enfant d’être séparé pour mieux observer une fratrie,
– Travailler la séparation lorsqu’une indication de passage vers l’internat se profile,
– Œuvrer au maintien de l’enfant dans le milieu familial en ouvrant un espace et un temps de prise en charge éducative hors du domicile.

c) Les transferts :

Les séjours sont très ciblés sur un objectif précis et sont organisés du lundi 8h au vendredi 13h. Ils sont organisés et mis en place en lien avec le projet personnalisé de chaque enfant.
L’activité proposée, les observations sur le comportement de l’enfant prennent alors tout leur sens éducatif.

d) L’accueil en situation d’urgence :

Il se fait par les équipes de l’internat. Il répond à une situation de crise nécessitant une séparation immédiate, liée à une situation passagère et temporaire.
Il correspond à une urgence due à une absence des parents du domicile : hospitalisation, déplacement à l’extérieur de Nîmes, etc.…

Il s’agit d’une séparation évènementielle qui peut se prolonger au-delà de 48 heures.

e) Accueil en internat :

Il se fait par les équipes de l’internat.

C’est une décision du directeur de mettre fin à l’hébergement au quotidien de l’enfant dans sa famille. Il informera soit le chef de service de l’ASE, soit le juge des enfants qui validera ou non la décision du directeur. Cette décision intervient suite à des actes de maltraitances ou en cas de carences graves relevées par les équipes du SAPMN.

 

LAPROVIDENCE tag

 

En conclusion, nous voyons le paradoxe auquel les éducateurs travaillant au SAPMN peuvent être confrontés, à savoir celui d’exercer la mission de protection qui leur est confiée tout en respectant dans sa totalité l’exercice de l’autorité parentale.

Cela suppose un équilibre savant entre l’accompagnement et la suppléance, suppléance qu’il s’agira d’éviter autant que faire se peut.